Quoi de neuf ?

Chronique

Comment freiner les pensées négatives envahissantes?

Screen Shot 2020-08-09 at 10.11.06 PM
Alors qu’approximativement 80% des pensées de l’adulte moyen sont de nature plus négative que positive, de nombreux auteurs affirment qu’elles sont essentielles pour notre équilibre psychologique. On peut les classer sommairement en trois grands regroupements: inquiétudes-peurs, frustration-colère-injustice et découragement-impuissance-idées noires. Dans le meilleur des scénarios, la personne ne fera qu’accueillir ces pensées négatives, au même titre qu’elle accueillerait les pensées positives, et ces pensées ne feraient que passer. En fait, les recherches évaluent que les situations redoutées – réelles ou imaginaires – finissent par se dérouler beaucoup mieux qu’anticipé dans une proportion de 85% et que 80% des personnes finissent par être agréablement surprises de leur efficacité à relever le défi. Du reste, ces pensées joueraient un rôle instrumental dans notre façon d’analyser et d’agir dans un grand nombre de situations.

https://www.scientificamerican.com/article/negative-emotions-key-well-being/

Toutefois, les pensées négatives peuvent aussi devenir beaucoup trop dominantes, trop déprimantes et persistantes, au point de nuire à notre fonctionnement, à nos relations et à notre santé. Dans les cas où l’humeur et le bien-être en deviennent trop affectés, la médication sera recommandée. Les stratégies suivantes peuvent aussi s’avérer d’un grand secours:

– Prendre conscience de notre tendance à ruminer et à dramatiser. Compartimenter les pensées négatives (comme nous le ferions pour une tâche à situer dans un agenda) permet d’affronter le problème au moment choisi, soit lorsque nous sommes dans de meilleures dispositions (le matin au lieu de la nuit par exemple). Ce décalage permet l’émergence de pensées plus productives. De plus, délimiter le temps de réflexion par rapport à la situation inconfortable prévient aussi la tendance à dramatiser. Par exemple, établir le moment opportun pour une réflexion productive d’une vingtaine de minutes pour un problème donné nous permettrait le recul nécessaire pour maximiser notre capacité d’y faire face.

– Percevoir la situation confrontante et inconfortable comme une opportunité d’en apprendre davantage sur soi, malgré le malaise apparent ressenti.   Lire la suite »

Chronique

Comment réparer une peine d’amour?

Pourquoi tant de personnes ont-elles des difficultés à guérir d’un cœur brisé ? Pourquoi les mécanismes d’adaptation que nous utilisons pour faire face à tant de défis de la vie nous laissent tomber lorsque nous avons le cœur brisé ? Une conférence TED du psychologue Guy Winch, basée sur son ouvrage du même titre, adresse cette situation particulièrement souffrante et potentiellement invalidante pour de nombreuses personnes. En voici quelques extraits:

« Surmonter une peine d’amour n’est pas un voyage. C’est un combat, et votre raison est votre arme la plus puissante. Il n’y a aucune raison satisfaisante pour une séparation. Aucune justification ne peut enlever la douleur qui vous déchire. Alors n’en cherchez pas une, n’en attendez pas une, acceptez simplement celle qui vous a été offerte ou créez-en une et laissez la question reposer, parce que cette conclusion est nécessaire pour résister à votre dépendance. »

Yildirim, F. B., & Demir, A. (2015). « Breakup Adjustment in Young Adulthood. » Journal of Counseling & Development, 93, 38-44.

« Une autre conséquence des peines d’amour est que la solitude et la douleur peuvent affecter de manière significative notre fonctionnement intellectuel, particulièrement pour les tâches complexes impliquant la logique et le raisonnement. Cela diminue temporairement notre QI. »

Baumeister, R. F., Twenge, J. M., and Nuss, C. K. (2002). « Effects of Social Exclusion on Cognitive Processes: Anticipated Aloneness Reduces Intelligent Thought. » Journal of Personality and Social Psychology, 83 (4): 817-827.   Lire la suite »

Documentaire étudiant sur les éléments de résilience des Premiers peuples

Des étudiants du comité Je tiens la route ont produit une très belle vidéo portant sur les éléments de résilience chez les peuples autochtones. Pour réaliser ce projet, ils se sont rendus aux réserves Kitigan Zibi, Kitcisakik et du Lac-Simon. Quelle implication remarquable de la part de ces jeunes qui étaient déjà très chargés par leurs études! De toute évidence, les facteurs socio-économiques ressortent comme déterminants dans le niveau de détresse et la santé mentale des autochtones. Le documentaire porte également un regard tout à fait unique sur l’importance de la qualité des relations en territoire des Premières Nations. Bravo à notre leader Vianney Niyonkuru! Une mention spéciale également à Vincent Bombardier pour la belle facture cinématographique. On peut se rendre à la vidéo à partir du lien suivant: https://vimeo.com/218893056
Screen Shot 2018-04-29 at 1.17.02 PM

Général

Rapport sur la transition des jeunes adultes

Screen Shot 2018-04-29 at 4.02.48 PMLa phase de transition de la vie adulte (18-24 ans) se caractérise par le grand nombre de choix à prendre pour préparer son futur, ce qui rend cette période extrêmement stressante pour plusieurs.

Un groupe de 12 étudiants inscrits en pharmacie à l’Université de Montréal ont récemment produit dans le cadre de leur cours de Services à la communauté un guide à l’intention des jeunes en transition adulte qui ont un problème de santé mentale pour faciliter leur adaptation à l’école et en milieu de travail, entre autres. Le guide adresse les questions de santé physique, de santé mentale et de santé financière et suggère une série de stratégies et de références.

Le rapport est disponible ici. Le groupe a également produit une présentation Prezi qui résume le guide. Il est disponible ici.Travail extrêmement bien mené! Bravo et merci!

Événement

Un Festival orange nuageux mais réussi!

Screen Shot 2017-05-06 at 3.06.25 PM
Pour cette cinquième édition du Festival orange au Cégep de l’Outaouais, plusieurs activités on dû être modifiées ou adaptées à cause du mauvais temps. Mais comme il visait à souligner la persévérance, la chaleur humaine et l’importance de la santé mentale positive, l’événement avait possiblement plus d’impact que d’habitude!

Le Festival orange de cette année a aussi intégré la conclusion de Défi Santé 2017, qui a connu un succès de participation sans précédent. Une « boucle orange » a été organisée sur chaque campus: une course de 5 km à Gabrielle-Roy, une marche de quelques km à Reboul… et une marche des tout-petits du CPE adjacent à Félix-Leclerc! Les enfants ont aussi fabriqué des médailles pour les gagnants. Par ailleurs, un grand nombre de prix de qualité ont été distribués cette année, dont un ballon signé par les gagnants de la coupe Grey, les Redblacks d’Ottawa!IMG_0141

D’autres activités ont connu un bon succès: la compétition de production de jus d’orange (merci à la Coopsco pour les oranges et les certificats-cadeaux), des « banderolles du bonheur », des parties d’échecs (merci à Matoutaouais), un comptoir faisant la promotion des « 7 astuces pour une bonne santé mentale » (merci à Cap Santé), un comptoir de barbe-à-papa « érable », etc.

Le Festival orange est le fruit de la collaboration de nombreuses personnes au Cégep, en plus de Cap Santé Outaouais et Jeunesse Idem. Un merci particulier à Mélissa, Alexandra et les enseignants du département d’éducation physique. Ce travail d’équipe a très bien illustré le thème ENSEMBLE, privilégié tout au cours de cette première année du consortium Je tiens la route – Défi Santé – Sentinelles. Le Festival orange de fin d’année, un événement rassembleur maintenant devenu incontournable au Cégep!
IMG_0129