Quoi de neuf ?

Asynchrone: réflexions étudiantes à l’ère du COVID-19

Un court documentaire produit par deux étudiants de l’UQAM illustre avec justesse la situation déstabilisante dans laquelle se retrouvent trois étudiants universitaires en temps de pandémie. Fascinant!

Asynchrone, réalisé par Jérémy Gendron, produit par Jonathan De Aguas.

Étudier en temps de pandémie au cégep… ou comment s’en sortir indemne

Screen Shot 2021-01-17 at 4.02.56 PM

Une équipe de recherche de l’Université de Sherbrooke a fait ressortir un portrait assez problématique en santé mentale de la population québécoise en temps de pandémie, notamment chez les jeunes adultes de 18 à 24 ans. Chez les jeunes adultes, on note un ensemble de symptômes correspondant à un trouble d’anxiété généralisé ou de dépression dans une proportion de 37%. Paradoxalement, c’est aussi dans cette tranche d’âge qu’on note le plus faible pourcentage de demande d’aide parmi ceux qui en ont le plus besoin.

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/enquete-de-l-universite-de-sherbrooke-sur-les-impacts-psychosociaux-de-la-pandemie-859792938.html

  Lire la suite »

Chronique

Comment freiner les pensées négatives envahissantes?

Screen Shot 2020-08-09 at 10.11.06 PM
Alors qu’approximativement 80% des pensées de l’adulte moyen sont de nature plus négative que positive, de nombreux auteurs affirment qu’elles sont essentielles pour notre équilibre psychologique. On peut les classer sommairement en trois grands regroupements: – inquiétudes-peurs
– frustration-colère-injustice
– découragement-impuissance-idées noires.

Dans le meilleur des scénarios, la personne ne fera qu’accueillir ces pensées négatives, au même titre qu’elle accueillerait les pensées positives, et ces pensées ne feraient que passer. En fait, les recherches évaluent que la situation redoutée – réelle ou imaginaire – finit par se dérouler beaucoup mieux qu’anticipé dans une proportion de 85%. De plus, 80% des personnes finissent par être agréablement surprises par leur efficacité à relever le défi. En réalité, les pensées dites négatives joueraient un rôle primordial dans notre façon d’analyser et d’agir dans un grand nombre de situations.

https://www.scientificamerican.com/article/negative-emotions-key-well-being/

Toutefois, les pensées négatives peuvent aussi devenir trop dominantes, trop déprimantes et persistantes, au point de nuire à notre fonctionnement, à nos relations et à notre santé. Dans les cas où l’humeur et le bien-être en deviennent trop affectés, la médication pourrait être recommandée. Plus à-propos pour les besoins de cet article, les stratégies suivantes peuvent s’avérer d’un grand secours:

  Lire la suite »

Chronique

Comment réparer une peine d’amour?

Pourquoi tant de personnes ont-elles des difficultés à guérir d’un cœur brisé ? Pourquoi les mécanismes d’adaptation que nous utilisons pour faire face à tant de défis de la vie nous laissent tomber lorsque nous avons le cœur brisé ? Une conférence TED du psychologue Guy Winch, basée sur son ouvrage du même titre, adresse cette situation particulièrement souffrante et potentiellement invalidante pour de nombreuses personnes. En voici quelques extraits:

« Surmonter une peine d’amour n’est pas un voyage. C’est un combat, et votre raison est votre arme la plus puissante. Il n’y a aucune raison satisfaisante pour une séparation. Aucune justification ne peut enlever la douleur qui vous déchire. Alors n’en cherchez pas une, n’en attendez pas une, acceptez simplement celle qui vous a été offerte ou créez-en une et laissez la question reposer, parce que cette conclusion est nécessaire pour résister à votre dépendance. »

Yildirim, F. B., & Demir, A. (2015). « Breakup Adjustment in Young Adulthood. » Journal of Counseling & Development, 93, 38-44.

  Lire la suite »

Documentaire étudiant sur les éléments de résilience des Premiers peuples

Des étudiants du comité Je tiens la route ont produit une très belle vidéo portant sur les éléments de résilience chez les peuples autochtones. Pour réaliser ce projet, ils se sont rendus aux réserves Kitigan Zibi, Kitcisakik et du Lac-Simon. Quelle implication remarquable de la part de ces jeunes qui étaient déjà très chargés par leurs études! De toute évidence, les facteurs socio-économiques ressortent comme déterminants dans le niveau de détresse et la santé mentale des autochtones. Le documentaire porte également un regard tout à fait unique sur l’importance de la qualité des relations en territoire des Premières Nations. Bravo à notre leader Vianney Niyonkuru! Une mention spéciale également à Vincent Bombardier pour la belle facture cinématographique. On peut se rendre à la vidéo à partir du lien suivant: https://vimeo.com/218893056
Screen Shot 2018-04-29 at 1.17.02 PM